D’un pays à l’autre, les techniques de fabrication de la clarinette se différencient. Apparaissent alors des écoles nationales ayant chacune leurs caractéristiques propres. Les deux principales écoles de clarinette émergent en France et en Allemagne. Les autres pays se rattachent à l’une ou l’autre de ces écoles même si on trouve des spécificités comme en Belgique ou en Angleterre.

Quelques années après son apparition, la clarinette à anneaux mobiles était utilisée quasiment exclusivement en France. On l’appelle aussi pour cela la clarinette française.

Clarinette actuelle système français
Clarinette actuelle système français

En Angleterre était en usage une clarinette développée en Belgique (système Albert). Elle se rapprochait davantage de la clarinette à treize clés de Müller.

Clarinette système Albert
Clarinette système Albert

Dans les années 1870, la clarinette française s’est répandue en Italie, en Belgique, en Amérique, et même en Angleterre où Henry Lazarus, clarinettiste virtuose qui jouait encore sur une clarinette à système Albert recommandait les clarinettes à anneaux mobiles à ses élèves.

JohannesBrahms

L’Allemagne se distingue des autres pays pour avoir développé à cette époque d’autres systèmes que le système Boehm. Dans les années 1890, Richard Mühlfeld, le clarinettiste pour qui Brahms a écrit ses œuvres de musique de chambre, jouait sur une clarinette développée par Karl Baermann. C’était une version améliorée de la clarinette de Müller.

Le clarinettiste Hermann Kunze et le facteur d’instruments Thomas Mollenhauer ont mis au point en 1890 une clarinette s’inspirant du système Boehm. Elle ne fut cependant jamais beaucoup utilisée.

La clarinette allemande encore utilisée de nos jours fut elle aussi développée dans les années 1890, par le clarinettiste et facteur d’instruments Oskar Oehler. Il partit de la clarinette de Müller de 1812 et aboutit à une clarinette à 22 clés, 5 anneaux et une clé à plateau.

Des systèmes de clés différents

La principale différence entre les systèmes de clés français et allemands réside dans les clés de mi, fa, fa# et sol# graves. Elles sont redoublées dans le système français (donc accessibles aussi bien avec l’auriculaire gauche que l’auriculaire droit), alors que le système allemand utilise un système de rouleaux pour glisser d’une clé à l’autre. Il y a également une différence au niveau du diamètre de la perce, celle des clarinettes allemande étant plus large que celle des clarinettes françaises.

Clarinette actuelle système allemand
Clarinette actuelle système allemand

Des sons de clarinette différents

Aux différences de technique digitale s’ajoute une différence au niveau du son recherché par les clarinettistes. On distingue donc deux principales écoles : l’école française et l’école allemande. La différence de son s’explique entre autres par les becs et les anches utilisées.

École allemande

Les Allemands utilisent des anches plutôt épaisses et préfèrent des ligatures de cuir ou de fil. Le son est rond et les possibilités de legato sont extraordinaires. Cela fait merveille dans des œuvres comme les sonates de Brahms.

École française

Les Français quant à eux se tournent quant à eux vers des anches plus faciles ayant une meilleure réponse et le plus souvent des ligatures métalliques. Les avantages sont un détaché précis très typique ainsi qu’un timbre plus léger et cependant très expressif. Un bon exemple est la Rhapsodie de Debussy.

Autres articles sur l’histoire de la clarinette :

Sources de cet article : voir la page Bibliographie.

Related Posts

Commentez !