Un peu de méthode #3

Nous allons poursuivre aujourd’hui notre exploration des différentes façons d’aborder un trait difficile et d’en résoudre les difficultés.

Prenons pour exemple cet arpège tiré du premier mouvement du concerto pour clarinette de Mozart :

methode-0301

Peu importe l’articulation que l’on choisira au final pour l’interprétation, tout le travail que je vous propose aujourd’hui se fera entièrement legato. La première étape est de travailler des allers-retours sur 4 notes plus une :

methode-0302

Des difficultés surviendront sûrement lors des premières tentatives pour le « retour », car lire à reculons n’est pas si simple si l’on n’en a pas l’habitude. Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à jouer dans un tempo franchement plus lent. On reproduit ensuite la même démarche en commençant sur la deuxième note :

methode-0303

Puis sur la troisième et ainsi de suite jusqu’à avoir parcouru le trait dans son ensemble. On peut bien sûr faire pour chaque groupe la reprise autant de fois que nécessaire.

Dès lors qu’on s’attache à entrer dans les détails du travail technique, il est très important de ne pas perdre de vue le soutien du son et la direction musicale de ce qu’on est en train de travailler. Ainsi on garde toujours le plaisir de jouer, renforcé par les progrès rapides obtenus lorsqu’on utilise des méthodes efficaces.

Avant de continuer, un petit mot sur l’intérêt de ce travail en allers-retours. Bien souvent, lorsqu’un trait nous pose problème, c’est que la conscience que nous avons des notes est inégale. Certaines ne sont pas assez pensées, pas assez présentes. Le mouvement rétrograde, parce qu’il est inhabituel, difficile parfois, nous installe automatiquement dans un état de concentration qui permet une meilleure conscience de chaque note et de ce qui la relie aux notes voisines. On rétablit ainsi l’équilibre entre toutes les notes, et cet équilibre est conservé lorsqu’on joue ensuite le trait « dans le bon sens ».

Pour aller plus loin dans cette direction, on peut désorganiser davantage le trait en se basant cette fois-ci sur une note pivot autour de laquelle on va tourner, avec toujours cette idée que c’est en modifiant les choses, en les abordant de façons toujours un peu différentes qu’on améliore la version originale, celle de la partition, celle vers laquelle on tend. Le pivot que l’on va choisir est la dernière note du groupe, mais un simple schéma valant mieux qu’un long discours, voici ce que ça donne en prenant les 4+1 premières notes du trait :

methode-0304

Comme pour les allers-retours, on décale ensuite d’une note :

methode-0305Et ainsi de suite jusqu’à atteindre la fin du trait.

J’ai ici volontairement démarré sur un quart de soupir, cela permet d’arriver sur le temps et aussi de combiner les allers-retours et les pivots, comme ceci :

methode-0306D’ailleurs, une fois que vous avez pris l’habitude de ces exercices, vous pouvez commencer directement par cette dernière version sans passer par les décompositions exposées plus haut.

J’ai beaucoup travaillé (et je travaille encore) de cette façon, c’est une méthode très efficace. J’espère avoir été clair dans mes explications, n’hésitez pas à commenter ci-dessous si vous avez besoin de précisions !

 

instruments-fr

2 commentaires


  1. Bonjour,

    J’ai lu avec attention les 3 articles « un peu de méthode ». C’est chouette !
    Je pratiquais déjà les appuis différents sur toutes les notes, et aussi le changement de rythme.
    Le coup de la note « pivot », je ne connaissais pas, est très intéressant, mais il me paraît plus difficile à mettre en œuvre (cela doit demander une certaine habitude je pense, à faire de tête). J’ai essayé mais je me suis vite perdu dans mes notes…
    Et le coup de l’aller retour, je ne connaissais pas non plus. Très bien pour réussir un trait, puisque maintenant j’arrive à en passer un qui me résistait !
    ma question est : le métronome est il nécessaire pour ce genre de travail ? j’aurais aussi voulu voir ce que ça donne (l’aller-retour et le pivot) sur un trait plus complexe.

    Autre question (j’en profite), concernant les gammes, pourquoi tout le monde insiste sur le travail des tierces ?

    D’ailleurs vous pourriez vous nous faire un nouveau (ou plusieurs ) numéro « un peu de méthode » sur le détaché et sur les gammes ?

    Merci !

    Répondre

    1. Bonjour,
      Oui, le travail avec la note pivot n’est pas évident au début, mais l’habitude vient vite en général ! Content que ça ait déjà pu vous aider !
      Le métronome n’est pas indispensable pour ce genre de travail, mais c’est toujours intéressant de faire une partie de l’exercice avec, notamment lorsqu’il s’agit d’augmenter progressivement le tempo.
      Concernant les tierces, leur travail est très utile puisque c’est là qu’on rencontre la plupart des difficultés de synchronisation des doigts. Lorsqu’il y a un seul doigt qui change entre deux notes, il n’y a évidemment pas de problème de synchro. Avec 3 doigts et plus (quartes et au-delà), d’expérience ça se passe plutôt bien. Les plus grosses difficultés se rencontrent lorsqu’on doit changer deux doigts ensemble (et seulement deux), dans le cas de la plupart des tierces, donc.
      Pas de problème pour faire de nouveaux articles sur le détaché et les gammes, avez-vous des questions plus précises que vous vous posez à ce sujet ?

      Répondre

Commentez !